Les schistes, micaschistes, gneiss

En chantier

 

Ces matériaux ont été regroupés car d’une part ils sont « proches » géologiquement et d’autre part et surtout les éléments d’ouvrages qu’ils permettent et qui sont remarquables dans la région (ardoises, lauzes, dalles..) sont similaires.

 La premiere approche a consisté à rechercher les données connues localement puis les documents utiles (livres, guides, expo., site..) et a les "visiter" eu egard aux chapitres predefinis.

1 Géologie – Zones d’extraction- Anciennes carrieres

2 Les savoirs faire en carrière

3 Les éléments d'ouvrages, les ouvrages, les savoir faire

4 Histoire

5 Exemples d'Ouvrages réalisés

 Puis ont été reconnues les carrieres et les ouvrages.

 D'après la définition de Wikipedia la lauze est une pierre plate de schiste, de calcaire, de basalte ou de gneiss, dont la surface est très importante par rapport à l'épaisseur et qui est obtenue généralement par clivage (fracturation selon des surfaces planes) et utilisée principalement pour les toitures et les dallages. Les lauzes sont extraites généralement de carrières dites «lauzières» ou de pierriers naturels ou proviennent de l'épierrement des champs. La lauze est plus épaisse que l'ardoise elle même en schiste.

 

A1 Les renseignements dans les ecrits locaux: 

Les lauzes et les "dalles du Somail"

Malheureusement des écrits specifiques à leur sujet n'existent pas. Pourtant les dalles  sont remarquables.

Le Docteur GRANIER dans son livre «Sur les chemins du Somail» (publié en 1972) mentionne au lieu dit «roucan» une carrière de dalles du somail abandonnée depuis bien longtemps en les qualifiant de véritables «pierres sauvages*» à la «vocation cistercienne»

* référence à l'ouvrage les pierres sauvages de Fernand Pouillon

Il indique également que le plan cadastral nomme le chemin du hameau de Bapech au ponceau du torrent des Pauzelles: chemin des lauzieres (dans le ravin et au dela presence de lauziéres).

Le dossier archives de la mairie de Saint Pons relatif aux carrieres du XIXe contient les documents d'adjudication de 1853 à 1873 de la carriére de dalles de Bapex qui s'etend du rec de gapayroux dit saigne prat jusqu'au "legle" de babex. (il semble que cette carriere  soit dans la foret, et qu'il existe deux autres carrieres en dehors).

La toponymie actuelle et ancienne (cadastre napoléonien et compoix) fourni des renseignements (lauzade, lauzet...).D'aprés M. CHERIF le cadastre mentionne un lieu dit les carrieres à courniou (section K feuille2), et un autre les laouzios à courniou (section N unique); et le compoix de 1680 de façon certaine des lieux dits carrieres à Usclaz et lauzies à Bapech.

Jean Pierre ROUANET et Etienne CROS nous ont indique que des exploitations de «lauzes» de gneiss existaient tout au long de la route des crêtes (mandole, roucan, entre roucan et la jante …...) dont certaines à grain très fins.

Selon l'ouvrage  "Premian" de H. LAURIOL de 1996:  la bande des trés beaux micashistes des Caut a fourni ces grandes dalles qui pavaient le sol des maisons, les cours des patus, les aires ou bien dressées limitaient les chemins et protegaient les jardins du betail et des volailles.

Le Dct GRANIER  mentionne dans son ouvrage qu'il existe un amas de rochers prés du dolmen d'Ichi (commune de Premian) et qu'il n'est pas le seul: sur chaque cordon montagneux qui paralléles les uns aux autres descendent au Jaur à peu prés à la même altitude se retrouvent de semblables formations et certains voient dans cette ligne de rochers courant ainsi sur tout le versant la zone de contact entre les gneiss du Somail et les schistes de la vallée du Jaur.        Ces rochers ne sont ils pas des zones d'exploitation?? 

 Les ardoises

Le dossier archives de la mairie de Saint Pons relatif aux carrieres du XIXe contient les documents d'adjudication de 1845 à 1876 d'une carriére d'ardoises dans le tenement de marthomis au "baous communal" située entre la chaine de rochers et le chemin d'exploitation.

 

 A2 Les autres documents et leurs données:

Documents

Géologie

– Zones d’extraction

Les savoirs faire

en carrière

Les éléments

d’ouvrage

L’ouvrage,

les savoir faire

Ouvrages

réalisés

 

Histoire

 
Carte geologique
de la France a 1/50000
Saint Pons
X
 
 
 
 
  Pose traditionnelle et restauration
Christophe Le Pabic  (Eyrolles)
X   
 X
selon regionet carrieres
 
 X
 
 X
fiches techniques
X
 
 X
 
La montagne Noire
MPF n°139 (carriere de Dourgnes)
 X  X  X
Parc regional du Haut Languedoc
 MPF n° 138
 X  X  X
(lauzes - ardoises)
MPF n° 173
 
X
 X
 
 
 
 X
reglementation 2009
X
X
X
X
 
X
MPF n° 129
 
 
X
X
 
 Geologie de la Montagne Noire
X
 
 
 
 
 Carte IGN au 1/25000
serie bleu (ancienne version)
X
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

1Géologie – Zones d’extraction- Anciennes carrieres

 Nature -Histoire géologique -Importance

 Le schiste :

 Est formé de couches d’argiles peu à peu solidifiées et soumises à des cycles de pression complexes.

 Le micaschiste :

 Le gneiss :

 Ces roches sont très abondantes dans la région et ont été exploitées depuis toujours.

 Les couches solidifiées ont subi des pressions horizontales qui ont produit un feuilletage perpendiculaire aux couches c’est la schistosité ou le plan de fissibilité qui permet la subdivision du schiste en ardoise ou lauzes.?

 La roche conserve son plan de sédimentation et, son croisement avec le plan de fissibilité constitue le « longrain » direction souvent bordée de cristaux et utilisée pour tailler les cotés de l’ardoise.??

 Les couleurs qui peuvent etre très différentes sont dues à la composition minéralogique (55 à 60% de silice, alumine et fer) qui dépend de l’histoire géologique.

 

La carte geologique sans pour autant donner de localisation precise pour ces materiaux (carriéres) identifie dans la notice (p111) sous le titre: Lauzes, schistes ardoisiers:

* Les materiaux les plus fins formés de pelites ou pelites greseuses: lauzieres visibles du mont Saint Bauzille

* Les schistes à Paradoxides: Montibergues (Verreries de Moussans), Ferrals les montagnes, Coulouma

* Les calcshistes dans le saint ponais

* Les gneiss oeillés et les gneiss sur les plateaux du somail: lauzes grossiéres.
Exploitations toujours en activité au NE: La Madale et à l'Ouest.: Haute vallée de l'Orbieu

 

 Le livre "Toits d’ardoise" mentionne l'ardoise epaisse et la lauze schisteuse dans:

*la région de Lacaune et des monts de l'espinouse

*la montagne Noire: Dourgne - Citou - Labastide- Rouairoux

 

Situation (extrait de carte avec "carrières")- possibilité de reexploitation ou valorisation..

Grace à toutes ces informations et celles de MM. CROS, ROUANET..nous avons reconnu les anciens sites a proximité de Saint Pons et noté certaines données pouvant servir à une valorisation.

  http://geoportail.fr/url/7F7WJM

 

ROCHE
(notice geologique BRGM)
COMMUNE APPELLATION/ EMPLACEMENT (LIEU DIT) Coordonnées N° de parcelle Type de produit Couleur Front de taille (HxL) Acces/
descente des blocs
Photo produit Photo lieu Interet.. Autres Observations
Schisto-greseux Courniou La cascade au dessus du Pont gaulois Rive droite 42/ RG 56 rouge foncé De bapech/chemin des lauzieres?
Schisto-greseux Courniou Carrieres de Mandone/lieu dit Frescatis 190 lauze fine de toiture grise En contre bas du chemin /grand plusieurs andins en contrebas Route forestiere environ 3700 metres de la RD Propriété de l'ONF? / abri en pierre seche
Gneiss Courniou Zone d'extraction de Roucan / au dessous de l'ancienne colonie 176 Grande dalle/pierre à batir grise Rochers en surplomb
pendage subvertical
chemin vers Prouilhes Enormement de blocs en contrebas/ murs: pierre à batir en attente?
Gneiss Courniou Zone d'extraction de marthomis 145 ? Route forestiere environ 1700 metres de la RD
Calcschiste Courniou Lauziere (appellation sur cadastre) 75 lauze toiture gris-blanc pas visible Chemin de courniou Envahi de vegetation (chenes verts..)
Schiste Courniou Carriere Le Blondil 39/40/41 pas visible Chemin de courniou? Cabane abri pierre seches
Pelite greseuse Les Verreries Zone d'extraction de Saint Bauzille 230/231 Rochers en surplomb? Route forestiere
Pelite greseuse Saint Pons Zone d'extraction de Combeliaubert 1 249/248 "Millefeuille " route forestiere
Pelite greseuse Saint Pons Zone d'extraction de Combeliaubert 2 683 "Millefeuille " Route de teussines
Schistes rouges fonces Les Verreries Carriere de Montibergues 382/511 lauze fine de toiture rouge foncé D147 andins

 Pour ce qui est des grandes exploitations ardoisieres de Lacaune elles etaient souterraines jusqu'en 68 ou elles sont devenues aeriennes.

 

 

2 Les savoirs faire en carrière

Techniques d’Extraction anciennes et modernes (photos carrières, coupes), Taille, 1ertransformation

Pour ce qui est des ardoises:

1 A la main et à la barre à mine (1T par jour en moyenne)

2 Les blocs sont découpés puis débités en « repartons » au coin ou bouc (coins d’acier) manuellement et au marteau et burin

3 vient alors le travail des « fendeurs » qui comprend clivage puis façonnage (taille) à l’encochoir ou couteau taille avec l’aide d’une enclume.

La taille preparé par un pointillé est effectuée par un geste sec permettant de donner un biais aux cotés (biais appelé « épaufrure ») destiné à favoriser l’écoulement des eaux

4 les ardoises ou lauzes sont rangées horizontalement selon dimensions en cartelette ou palette

* Les fendeurs aussi appelés fendeur sur butte car il travaillait sur les déchets de taille (tertres). Ils se protégeaient des intempéries dans des abris ici montés en pierre sèche.

 Actuellement l’explosif (ou sciage au fil) est souvent utilisé, puis la scie mécanique pour arriver à des blocs correspondants aux dimensions des futures ardoises. Le travail du fendeur est facilité pour le façonnage éventuel (rondissage et percement effectués à la machine)

 

 

3 Les éléments d'ouvrages, les ouvrages, les savoir faire de la 1er transformation à la mise en œuvre, le cas échéant les métiers..

 Dans le Saint Ponais l'on peut distinguer:

  • des lauzes en gneiss ou micaschistes omniprésents dans l'architecture sous formes de dalles de sol, de marches d'escaliers (appellés "degreds"), de clotures (les "levures"), de pavement de cave.. Si les couleurs (du gris au jaune), les dimensions sont variées, l'aspect est caractéristique et remarquable ce qui leur a valu le nom de «dalles du somail»

  • des lauzes en ?? servaient de couverture aux toits; il ne reste plus que quelques avancées (appellées "forget" ou larmiers). En altitude, elles ont été remplacées par des ardoises.

  • des ardoises de grandes dimensions qui servent de parement aux pignons exposés aux pluies (Est et/ou Ouest)

 L'on trouve egalement dans les maçonneries des elements en gneiss notamment même si la plupart des moellons sont en calcaire.

Il n’existe pas de distinction entre lauze et ardoise si ce n’est de manière simple la « grossièreté » provenant de ses irrégularités et de son l’épaisseur.

Globalement le terme lauze désigne des pierres (ici du gneiss et du micaschiste) de dimensions variables plus ou moins épaisses brutes (dalles) ou débitées et taillées manuellement sous forme d’éléments de couverture.

L’ardoise traditionnelle est, elle tirée d’un schiste ardoisier débitée manuellement, et plus tard mécaniquement avec des épaisseurs réduites.

L’épaisseur et les formes sont un gage de longévité et d’inaltérabilité. Toutefois le poids est pour les lauzes parfois important ce qui peut induire en couverture une charpente (et ses accessoires) renforcée et une étanchéité parfois précaire aux « plis » ce qui peut nécessiter des bandes de métal appelés « noquets »

 

Aujourd’hui le terme ardoise désigne un produit schisteux qui doit répondre à des tests dimensionnels, techniques et chimiques. C’est l’ardoise industrielle, « standard » ou normalisée. Les DTU dont le NF P 32-302 donnent les prescriptions tant du matériau que de sa pose. L’ardoise traditionnelle (dont les modèles H1 et 2 et les ardoises rustiques destinés au patrimoine monumental) essentiellement extraite et fendue à la main ne répond pas toujours à ces normes.

Choisir une ardoise fine posée au crochet n’est pas toujours une bonne option car elle s’use rapidement.

 

Les ouvrages et les savoirs faire

La couverture :

Très tôt (XVIe siècle) un métier spécifique de couvreur est apparu

L’outillage du couvreur n’a guère changé depuis le XVIIIe (essentiellement marteau avec pic, tête, arrache clou, et taillard et enclume)

Posées à sec (pour des pentes <30° de qui est ici le cas ??) ou fixées à l’aide de chevilles, de clous avec parfois maçonnage de terre (argile) ou de chaux sur voliges (voligeage) en chêne ou châtaignier jusqu’au milieu du XIXe, les ardoises modernes (normalisées) fixées au crochet le sont le plus souvent sur liteaux (litonnage).

La pose est faite par recouvrement et traditionnellement (du fait de la variété des éléments et de la facilité de pose) à pureau (partie exposée à la pluie et égale au tiers de la longueur) décroissant et joints brouillés (pose par rangs décroissants du bas au haut du toit avec des largeurs variables)

Le calepinage est un processus essentiel pour le couvreur qui gère ses éléments par longueur. Il consiste à estimer le nombre d’éléments par dimensions nécessaires pour couvrir le toit

L'ouvrage "Toits d'ardoise" comporte des fiches techniques (p 28-33)

fiche technique 1 : technique de pose traditionnelle

fiche technique 2 choix des formats d’ardoise – le calepinage

fiche technique 3 : pose de l’ardoise contemporaine

fiche technique 4 : choix des formats – les tableaux de recouvrement

fiche technique 5 : égouts et rives de toiture

fiche technique 6 : partages et épis de faîtage

fiche technique 7 : arêtiers

fiche technique 8 : pénétrations

Dans la montagne Noire la pose est réalisée à pureau décroissant sur bain de mortier et voligeage en sapin de 27 jointif.

Dans les monts de Lacaune et de l’Espinouse la pose est réalisée au clou à pureau décroissant et à joints brouillés. Ici les chevrons débordent alors qu’en Montagne Noire ce sont les ardoises maçonnées qui forment l’avancée

 Les dalles

La taille  à l'arrondi  remarquable est caracteristique . La surface quasiment plane ne semble pas devoir etre travaillée.

 


4 Histoire   Période d’utilisation.. Pratiques  Fin (pourquoi), devenir..possible

Le dalage :

Il faut distinguer les dalles qui semblent pouvoir être récupérés et façonnées le cas échéant sans trop d’efforts et qui semblent avoir toujours étaient utilisées du fait de l’absence de concurrence pour leurs dimensions (le marbre, le granit.. plus durs devant être taillés..). L’apparition et l’usage généralisé du béton a entraîné leur abandon.

La couverture :

Par contre les lauzes (ou ardoises) d’après la littérature ne se trouvent sur les toits qu’au XIIe siècle.

Posée d’abord sur les édifices de prestige religieux elle vont remplacer peu à peu le chaume et le genêt.

Abondantes dans la région sous forme de petites exploitations elle sera le matériau usuel (à noter que des règlements royaux et municipaux exigent au XVIIIe des couvertures en ardoises à cause des incendies du chaume)

A partir de 1850 la généralisation des transports .. mais aussi des investissements technologiques vont entraîner l’apparition de concurrents plus compétitifs et plus « modernes » (ardoises de Lacaune, tuiles) et peu à peu la disparition des petites exploitations.

Aujourd’hui l’ardoise « contemporaine » (dont l’emblème est depuis les années 80 la très compétitive ardoise espagnole) est un matériau léger, facile à poser, et à entretenir répondant à des normes ce qui a provoqué une standardisation, uniformisation et perte d’esthétique.

Il subsiste néanmoins des productions « traditionnelles » . L’on comptait en 2004 en France 12 lieux d’exploitations alors qu’en 1930 il y avait environ 100 types d’ardoises.

Les ardoises schisteuses subsistent en couverture en altitude (Monts de l’Espinouse et de la Montagne Noire) alors que ailleurs les lauzes en micashistes ne restent que sur quelques avancées de toit sauf dans la zone de Labastide ou existait une production semble t’il conséquente d’ardoise schisteuse ? (à verifier)

L’essentage :

Restent les grandes ardoises schisteuses utilisée en essentage rustique (bardage) provenant essentiellement de Lacaune. Ces ardoisesont été produites jusqu'au milieu du XXe siecle.

 

5 Exemples d'Ouvrages réalisés  Types, importance..  Caractéristiques (photos)